Écrire à la première personne ?

Mis à jour : nov. 7

Faut-il écrire son histoire en « JE » ou « IL/ELLE » ?

Si la réponse est claire pour vous, parfait : suivez votre intuition et lancez-vous !

Si, en revanche, vous hésitez sur le choix du pronom personnel adéquat, cet article pourrait vous aider.

Le pronom choisi va avoir un effet non négligeable sur vos lecteurs. Un récit à la première personne du singulier leur donnera un accès direct à votre monde intérieur.


Ce type de narration favorise la proximité – le lecteur comprendra que vous parlez de votre vécu personnel et plongera directement dans votre intimité.


Parfois, cependant, l'utilisation d'un « je » se révèle trop douloureuse pour l'écrivain. Ce choix narratif requiert une association aux événements relatés qui n'est pas toujours facile à vivre.


Dans ce cas, l'utilisation d'un « il/elle » peut se révéler aidant. En passant à la troisième personne du singulier, vous créez une certaine distance entre les événements et vous-même.


Cette distance peut être utile pour décrire des phases de vie particulièrement difficiles d'une façon plus neutre et détachée. Vous devenez alors un observateur extérieur.


Quelle option choisir ?


En cas d'hésitation, testez les différentes variantes ! Décrivez une scène de votre vie en « je » et puis réécrivez la en « il/elle » (ou le contraire).

Observez votre état émotionnel en écrivant et relisez – ou faites lire – vos textes.

  • Quelle version correspond davantage à ce que vous souhaitez transmettre ?

  • Avec quelle forme vous sentez-vous le/la plus à l’aise ?

Faites-vous confiance. Après tout, il s'agit de votre histoire.

Allez, temps de se lancer ! ;) © 2020 Anouchka Nyssen Écrivain des Mémoires – Tous droits réservés


#aidealecriture #ecriturebiographique #ecrivaindesmemoires #ecrivainbiographe #autobiographie #pointdevuenarratif #pronomspersonnels #ecrire